Par regler relation

Ma vie sentimentale est passée de désert à ruine.

2016.10.11 23:17 JetteAuLoinVoltaire Ma vie sentimentale est passée de désert à ruine.

Yo BesoinDeParler, un pavé, pour poser tout ce que j'avais sur le coeur depuis quelques temps. Je ferais sans doute un crosspost sur le FL demain pour amuser la gallerie, et avoir des avis un peu plus légér, bref, avoir des retours en plus.
De l'action, de l'amour, des pleurs et du sexe, ma vie sentimentale étalée sur 4 ans et devant des inconnus.
Bref. Je vais sur mes 20 ans, ni vraiment beau, ni laid, même si ça a tendance à s'améliorer. Jamais eu de copine à proprement parler, et c'est le « proprement parler » qui fait le gros du post .
On va commencer par le commencement, le début du lycée.  
J'ai jamais eu vraiment d'amie, bien qu'entouré d'une bande de potes mecs en primaire et au collège, des potes de potes, des connaissances, des camarades. Mais des vraies amies, pas vraiment. J'etais et suis toujours, timide dès que je sors de ma zone de confort, même si ça aussi ça s'améliore, mais c'est vraiment au lycée que cela change, même si ça ne facilite pas mes contacts avec l'autre genre. Bon. Viens un cours, en tout début d'année, où chacun prend ses marques. Il faut savoir que je suis dans une section unique ou presque dans mon académie, et que les gens qui y sont ont a peu près tous quittés leurs villes et leurs potes de collège pour y venir. Les gens sont encore un peu perdus. Vient cette fille. On l'appellera A ici, un peu paumée comme tout le monde, qui demande si la place à côté de moi, au fond de la classe est libre, et je lui répond oui. C'est comme ça qu'on se connaît. Très vite, je me rend compte que le contact passe bien, vraiment bien même. Il y a un projet au lycée, une « mini-entreprise » qu'ils appellent, qui demande à tous les délégués, dont A fait partie, de participer. Un pote et moi les rejoignons, lui parce que ça l’intéresse, moi, pour être avec A, évidemment. C'est là qu'on commence vraiment à devenir potes, et on commence à être une petite bande d'amis sympa. Bref, ça se passe bien. Et évidemment, je me rend compte que je suis complètement dingue de cette fille, chose que je ne voulais pas admettre, malgré les remarques taquines de nos potes « oh vous feriez un beau couple » etc, qui sont suivies à chaque fois d'un niet de la part des intéressés. Je me rappelle que j'ai passé une longue période à ne jamais dire directement le mot ami, pour désigner notre relation, comme si cela changeait quelque chose. On parle énormément sur Facebook, des discussions qui finissent à l'aube, ou elle me parle de ses graves problèmes familiaux, une adultère rampante dans la famille entre autre, pendant que la carapace que je me suis construit pour essayer de maîtriser la chose, de tenter de pouvoir contrôler la relation, se fissure peu à peu. On se considère meilleurs amis, et on se considérera comme tel jusqu’à fin 2015, au moins.  
Viennent les grandes vacances. On passe une semaine en camping avec quelques potes ensembles, c'est bien. J'alterne entre les phases où je me dit qu'elle va forcément se rendre compte que je suis fou d'elle et que ça finira bien, et celles ou je en sais même plus si je suis amoureux d'elle, sans compter les phases où je suis en pls total. Souvenirs d'une petite soirée chez une amie, ou elle m'avait proposé de venir dormir avec elle plutôt que sur le canap' (sachant que nos autres potes dormaient dans la même pièce, juste à côté) flippé, avec une peur bleue de faire de la merde, je refuse malgré sa petite insistance).
 
Rentrée de première.
Arrive un camarade qui deviendra mon meilleur pote, et dont A tombe très vite amoureuse, violemment. Mais nous en parleront plus tard.
Octobre arrive et nous nous disputons violemment sur un sujet assez trivial. Je ne sais plus la raison exacte. J'avais tout fait, et probablement un peu trop d'ailleurs, pour ne pas la vexer, et la dispute fut pourtant violente de son côté, une relation cause à effet, peut-être. J'encaisse la tempête de merde que je me prends et répond comme je peux que je suis désolé. Je suis vraiment mal, vraiment je n'avait jamais été aussi mal de ma vie et envoie un message désespéré. Qui la met encore plus en rage. Émergent d'autres raisons qui ont causé ce point de rupture. Nous sommes fusionnels, on traîne toujours ensemble, on parle tout le temps, ça l'épuise et ça l'étouffe, si je me rappelle bien. Bien. On se rabiboche, un peu.
 
Les vacances d'octobre passent.
 
C'est assez flou dans ma mémoire, cette période. Je peux au moins reconstruire les faits, de manière logique et cohérente avec la suite. A est éperdument amoureuse de mon meilleur ami, qu'on appellera B, qui, lui, ne se doute absolument de rien. On fait nos merdes et on s'amuse bien, pendant que A est raide de B, et en le vit pas très bien. Suite à l'incident, on s'éloigne, un peu. Je suis avec B, et A passe énormément de temps avec une amie, qui sera M.
 
L'année se termine, et je crois que l'on se dispute pour quelque chose, mais je ne sais plus pourquoi, ça n’était pas très important. On continue à se parler énormément, et son amour pour B la ronge complètement.
 
J'ai réussi à me convaincre que je n’étais plus amoureux d'elle. J'aurais aimé, à cette période là, qu'elle finisse avec B plutôt qu'avec moi. Je voulais qu'elle soit heureuse, vraiment. B est plutôt pote avec M, et ils flirtent pas mal, ce qui ne manque pas de faire chier A. Je reste en dehors de tout ça, et observe juste, en ramassant A à la petite cuillère sur facebook. Bons bails. Vient un jour où, point de rupture, M avoue en pleurs à A avoir fini par galocher B et ont fini dans le même lit (mais pas plus loin) à une soirée où ils étaient complètements saouls. Alors que la première soutenait la seconde dans ses affaires de cœurs. Enfin bref, coup de tonnerre, qui sonnera la fin de relation entre les deux amies pour quelques temps, du moins. Apothéose à la fin de l'année, ou tout le monde pousse M dans les bras de B qui est à l'ouest et vole au dessus des rageux, avec la meuf avec qui il est depuis deux ans et des poussière, et A qui est en miette, sur le côté. Finalement il ne se passera rien, M trouvera un autre mec, B restera avec sa copine et A cessera d'un coup, d'un seul d'être sur mon pote pendant les vacances d'été.
 
Qui passent.
 
Terminale.
 
Des changements dans l'organisation des groupes font que l'on se parle moins, A et moi. Nos échanges facebook ne sont plus quotidiens. On reste très pote, évidemment, mais c'est plus fusionnel. Je me rapproche de B, et A et M se retrouvent. Bref. L'éloignement fait que je n'apprend qu'après quelques autres potes qu'elle flirte avec un vague pote, et finit par sortir avec. C'est un mec d'un an de moins avec qui on rigole pas mal, mais sans plus. On l'appellera W. Toujours persuadé que je ne suis plus dessus, je suis très content pour elle, sincèrement, mais aussi un peu triste de ne pas avoir su un peu plus tôt. Je ne savais même pas qu'elle lui tournait autour. Mais bon, elle est heureuse et c’était tout ce qui comptait pour moi. Ma vie sentimentale ressemble, après deux pages word, à un désert aussi vide qu'a mon entrée en seconde. Passons. Premier rapport sexuel avec le gars en question, et ça se passe mal. Elle vient me voir sur FB, pas bien etc, et ne dis qu'a demi mots ce qui s'est passé, mais j'ai compris qu'elle s'est « juste » faite doigter par un mec impatient, et a 15-16 ans déjà expérimenté. Je lui demande cash si elle pense qu'elle s'est faite violer, pour faire le point sur le truc, et elle me répond que non, et me remercie d'avoir été là etc. Meilleur ami donc. Je la conseille du mieux que je puisse avec des conseils bateaux et qui me semblent complètement obvious (faut communiquer, machin), et elle m'écoute même si je suis un vieux mec puceau qui n'a jamais eu une meuf dans sa vie. Elle me parlera plus tard de son second rapport, avec W qui grâce a moi s'est bien mieux passé. Youpi.
 
J'ai du mal à écrire de manière correcte cet épisode, mais on était tous les deux contents. La terminale se termine (ha) comme elle avait commencé, elle est avec son mec et je suis avec mes srabs, on se voit, on se parle, sans plus, c'est sympa et voilà, fin du lycée. What a ride !
 
Et c'est là que ça commence à faire VRAIMENT peur.
 
 
Du à nos études, explosion de notre petit groupe d'ami, je monte sur la capitale, pendant que A part dans l'Est et que W et B restent dans la ville où se trouve notre lycée. Du coup, retour au bon vieux facebook.
 
Automne.
 
Elle m'avoue sa bisexualité, et je suis le seul à le savoir à ce moment là. Je lui répond honnêtement que je m'en fous, et que ça ne change pas qui elle est et comment je la perçois. Son mec n'est pas au courant.
 
Soirée d'anniversaire surprise chez elle. Tous nos petits potes cités plus haut sont là, sauf moi, qui arrive en retard à cause des attentats. C'est aussi ça Paris. Elle me confiera plus tard qu'elle avait été triste de ne pas me voir tout de suite. J'apprend que son mec est pas ravi de la savoir bi.
 
Ça me casse les couilles et je suis un peu triste pour elle. On commence vraiment à reparler beaucoup, et on en vient à discuter de ma vie sentimentale toute pétée. Précisons qu'elle ne sait toujours pas les sentiments que j'avais pour elle au lycée et que je croyais disparus. Bref, je lui parle d'une fille de ma classe sur qui, peut-être il y avait quelque chose, mais que finalement non, et on en vient à parler du lycée. Je finis par lui avouer en rigolant (paske c pasé lol) que j'etais completement fou d'elle aux débuts de notre relation, et que j'aurais eu les boules si c’était réciproque, et elle me répond en rigolant que, effectivement je peux être deg, parce qu'elle le pensait aussi.
 
 
Ah.
 
Des barres.
 
Du coup plein de choses font sens (pourquoi elle tenait à ce qu'on dorme ensemble (ok j'etait complètement aveugle sur ce coup mais bon), etc etc). On en rigole 5 minutes, mais bon, après tout je ne l'aime plus et elle est en couple, hein ?
 
Évidemment, ça ne marche pas comme ça, et je me lance, quelques jours après, avec un speech traditionnel « tu t'en doutes, j'ai encore des sentiments...etc ». Surprise ! Elle aussi. Et on s'appelle, on parle pas mal, on tatonne les je t'aime, c'est vraiment sympa même si c'est un peu awkward, mais c'est très doux, et très simple en soi. On a tous les deux l'impression d'avoir compris un truc qui nous échappait depuis le début, et c'est formidable, on passe des heures à se parler, au téléphone, et à tenter, aller au bout des choses de manière directe, après des années à tourner autour du pot. En bref, j'ai rarement été aussi bien. Et il a fallu que cela ne dure que. Trois. Malheureux. Jours. Eh oui, convaincue par les supplications de W, A retourne avec lui et me laisse sur le carreau, en me disant qu'elle n'a en rien menti, mais que ce n'est pas pour aujourd'hui, et que peut-être, un jour… Conneries pour moi, je suis complètement dans le brouillard et passe le pire mois de décembre de ma vie, déprimé, j'ai perdu ma meilleure amie et la fille que j'aime, j'ai même pas la force d'être en colère. Je découvre qu'elle m'a bloqué sur facebook, préférant que je la déteste et que je l'oublie. Ambiance. Je saurais par la suite, et par B, que c’était aussi parce que ça lui faisait aussi du mal de me voir sur sa TL.
 
Janvier. Désespéré, je lui ai envoyé une carte de vœu, quasi blanche, qui disait juste qu'elle me manquait, en substance. On s'est donc reparlé sur Facebook, et honnêtement, on était malgré tout contents de se retrouver. Quelques jours passent, et je reçois un message « je ne peux pas me permettre de retomber amoureuse de toi… etc ». ça chamboule tout évidemment, même si je suis échaudé depuis la première fois. Elle m'avait parlé d'une lettre qu'elle m'écrivait, et dans laquelle tout serait mis a plat, et je lui demande de me la montrer histoire de clore l'affaire. Bref. Elle finit par me dire qu'elle monte sur Paris pour u truc à regler, et qu'on peut se voir, si je le souhaite. Je suis un peu en panic mode et accepte, pensant que c'etait la fin de notre amitié et que ce serait une heure de malaise à siroter une bière tiède. Ça ne s'est pas passé comme ça, sinon ça serait pas drôle, et après une heure un peu génée a déambuler dans Paris pour trouver un bar calme et correct, étant donné que je refusais qu'elle monte chez moi, suivi par des heures a discuter de manière hyper cool, et vraiment sympa, on a fini par s'embrasser pendant une demi heure devant le bar. C'etait la première fois que j'embrassais quelqu'un, et c’était vraiment bien, pas awkward puisqu'apparemment je me démerde pas trop mal. Je la raccompagne, on s'embrasse, je rentre chez moi.
 
Rappellons qu'elle est toujours avec son mec. Malaise. Une fois de plus, et cette fois-ci au bout de de semaines, où on était bien plus en couple que le mois précédent, et après une grosse pression pour choisir entre les deux, ses premières vacances avec son mec (en plus d'un an wtf) auront raison de notre petit couple, et je découvre les joies de la grosse déprime, voire dépression. Sans exagérer, et sans non plus être complètement amorphe, j'allais pas bien du tout cette année. J'ai eu des envies de suicide. Pas à sortir en me disant "cette fois c'est la bonne, tu ne rentrera pas chez toi", mais à serieusement considerer l'idée, à la retourner dans tous les sens. Dans ces moments là je sentais que mon instinct de survie était moins fort, que si je m'écartais du bus qui me fonçais dessus, ça serai moins vite, bien moins vite que d'autres. Je ne sais pas si j'ai eu envie d'arrêter de vivre, mais l'idée de mourrir ne me dérengeait pas. C'est passé assez rapidement, mais j'y ai pensé. On se revoit aux JPO de notre ancien lycée, histoire de revoir toute la classe, et évidemment c'est très froid, sans compter le fait qu''elle m'avait clairement saoulé après m'avoir enguirlandé parce que je lui ai dit que je en savais pas si je venais, enfin bref, chiant. Les mois passent, on a vite fait des nouvelles chacun de notre côté via des amis communs. Je sors un peu la tête de l'eau même si je n'ai pas encore atteint la rive. Elle me reparle un peu avant les vacances, et je l'envoie bouler, je met de la distance. On continue tout de même à se parler. On sait qu'il y a toujours quelque chose, qu'on est plus qu'amis, malgré tout, mais je suis toujours clairement échaudé par ce qui s'est passé. Bref, entre deux je me rend compte que je suis attiré par une autre fille de ma classe, mais que c'est pas clair. Ça tombe bien parce que je pars en vacance avec elle et d'autres potes en aout, et je me dis que tout sera clair et clos fin août, ou je reverrais A, et toute la bande au festival auquel on se rend chaque année. Je reviens de mes vacances toujours indecis, et je parle vite fait avec A. Qu'est-ce qu'on fait pour le camping ? Si on est bourré ? Et j'apprends que W vient et que, puisqu'il est mineur, les deux n'iront pas au camping. Problème réglé. Je la revois donc dans la queue du fest quand même, après des mois sans contact physique, et me redn compte que je n'éprouve plus rien que de l'amitié pour elle. Plus de sentiments amoureux. Beaucoup d'affection, evidemment, mais plus d'amour. Il manque un truc, y'a plus l'étincelle, si on veut. C'est assez libérateur, et je suis convaincu que je ne ment à personne, ça fait du bien. Je passe un festival top, et c'est sympa.
Fin des vacances, je me souviens que A va finalement habiter sur Paris cette année. Je suis content, ça fait une pote de plus sur Paris. Justement, on se voit sur les quais de seine pour traîner ensemble, sans arrière pensée, et on parle pas mal. Évidemment on discute de la situation depuis des mois, et j'en viens à lui dire ce que je pense, que crois que je ne l'aime plus, et ça a sonné dans l'air, comme un coup de tonnerre (merci cali, toujours au top), parce qu'elle, apparemment elle m'aime encore (que de rebondissements). Sur le coup j'ai laissé ça comme ça, ne sachant que dire et on a changé de sujet. Elle me parle de son mec, qui s'avère être un con fini, avec un comportement vraiment pas mature, et j’apprends que ça va vraiment pas très bien la plupart du temps, depuis bien mars, et malgré des périodes d'accalmie, comme au fest par exemple. Elle le quittera pour de bon les jours qui suivent et malgré une tentative desespérée de W ( grosso modo un resto, des pleurs et une fleur de paki si ça vous intéresse). Ce a quoi elle me dit qu'elle se sent vraiment bien, libérée, déchargée d'un poids, que du bonheur en somme.  
Avançons un peu. Y'a quelques semaines je lui ai proposé d'apprendre à faire du vélo, étant donné qu'elle n'a jamais appris, et que ce serait marrant. On se retrouve donc par de vincennes, et voilà, on s'amuse. Vous le voyez venir, petit moment de discussion sur la base du « on fait quoi », qui m'aura coûte un bras en forfait Vélib'. Je lui dit clairement que je me vois pas avoir une relation lourde ou sérieuse (dans le sens « triste ») avec elle, comme je l'envisageais par le passé, et que, je l'aimais plus qu'une amie, que j'avais du désir pour elle, certes, mais que je n'avait pas envie de replonger là dedans, et que voilà, si on tentait un truc, qu'on le fasse pour s'amuser, de manière légère, sans implication, etc. Je lui ai dit que j'avais, très envie de l'embrasser et c'est ce qu'on a fait, à se peloter comme deux vieux shlagues dans le parc de vincennes, parce que c'etait sympa.  
Du coup, on s'est revu chez elle, le soir d'après, et on a dû battre un record car ma première fois à duré plus de cinq heures, même si une bonne partie, on l'a passé a chiller à poil sur son lit. Mais c'etait très sympa, j’étais devenu un homme, un vrai avec des poils etc et ça s'est bien passé. On semblait l'un et l'autre satisfait de la relation qu'on avait. C’était une autre relation que l'amour ou l'amitié, un entre-deux qui semblait convenir. On était pas sex-friend car on se voyait bien plus que pour baiser, on s'adorait de base. Friend with benefits convenait pas non plus. Bref, on a trouvé notre mot et on s'est revu plusieurs fois, durant lesquelles on a couchaillé comme des lapins, et on a tous les deux été surpris de savoir que je me débrouillais bien instinctivement. Bref, c'etait sympa, on se voyait, on parlait jsuqu'a tard, on couchait ensemble, on recommençait le lendemain matin, on partait en cours. Comme toutes les autres situations de ce pots, ce fut bref mais intense, septembre jusqu’à dimanche dernier, après qu'elle m'ai dit « je t'aime » pendant qu'on le faisait, ce qui a tout remis en question, je pensais que la situation « légère » lui convenait mais pas du tout, et j'avais l'impression de profiter d'elle, malgré le fait qu'elle soit consentante etc. On a clivé, pour terminer ce qu'on avait commencé, mais le résultat est là, elle m'aime et je ne l'aime plus.  
 
Ça me fait carrément chier parce que ça s'est joué à la semaine près, et malgré tout cela je l'aime encore beaucoup, mais je me vois juste pas en couple avec. Je l'ai senti, même quand on couchait ensemble. C’était bien, très bien, mais y'avait quasi que du désir, pas d'amour. Ça fait chier. Savoir qu'elle a raté le coche alors que je l'ai attendu pendant des années me fout les boules, pour elle et pour moi. Le pire c'est que je ne demande qu'a retrouver mes sentiments pour elle mais je sens bien que c'est mort quoi.  
On avait prévu d'aller a un concert d'un groupe dont on a beaucoup écouté l'album en janvier puis post février chacun de notre côté, et elle a annulé, car elle disait que c’était du masochisme d'y aller. J'ai compris qu'elle clivait completement depuis des jours et qu'elle était bien sur moi, alors que moi que dalle et ça m'a fait chier. J'avais l'impression de lui faire mal rien qu'en lui parlant, ce que je lui ai demandé clairement et qu'elle a avoué a demi mot. C’était dimanche. Du coup j'ai coupé un peu court à la conversation, lui ai souhaité une bonne soirée et je ne lui ai pas reparlé depuis, et ne compte pas le faire. Je suis vraiment deg, c’était juste après qu'on ai dit qu'il fallait qu'on reste pote, histoire de pas finir comme ces ex-sexfriends qui se détestent, mais savoir que ça la tue de la contacter, j'aime pas quoi. C'est quelqu'un que j'estime beaucoup et qui reste une super pote, avec qui j'ai vécu des trucs dingues. Donc voilà, je sais pas trop comment ça va se terminer.
 
TL;DR : J’étais a fond sur ma meilleure amie, puis non, puis un peu quand même et elle aussi, puis non, et finalement oui, puis non, et moi plus, mais elle si, on a couché ensemble, c'est un peu le bordel. Au moins maintenant je peux jouer aux jeux d'alcool qui parlent de cul.
 
Voilà, j'attends vos réflexions, moqueries, memes et blagues. je sais pas trop où ce post va me mener et ce que je vais en faire. on verra bien. J'ai rien relu mais osef.
    Bisous et merci.
submitted by JetteAuLoinVoltaire to besoindeparler [link] [comments]


2014.08.14 18:05 watthefuck999021 Magda Omerspahic

Vad gör hon? Hur kan nyheter24 acceptera att hon publicerar så idiotiska artiklar för världen att se?
http://nyheter24.se/nyhetekolumne753309-vi-borde-ocksa-infora-boter-pa-tag-om-man-misskoter-sig
NYHETER Nyheter24:s Magda Omerspahic välkomnar förslaget om böter i kollektivtrafiken om man missköter sig.
Kollektivföretaget i den österrikiska huvudstaden Wien har planer på att införa nya regler som innebär att folk kan bli bötfällda för att exempelvis hångla offentligt, äta mat och snacka för högt på bussar och tåg.
– Skitbra idé det här ju!, sa jag under redaktionsmötet – men ingen annan höll med mig.
Men ärligt, det här kan vara det bästa jag har hört på länge och jag ser mer än gärna samma strikta regler i Stockholms kollektivtrafik.
Jag tycker till viss del att man får stå ut med allt som är jobbigt i trafiken – för ingen tvingar mig, eller någon annan, att åka. Men jag kan helt seriöst inte låta bli att störa mig på vissa människor och vad de gör under vår gemensamma färd.
Därför tycker jag att vi borde införa regler här också – skyltar som talar om hur man bör bete sig bland andra människor.
Det här är mina största störningsbjekt:
– Par som hånglar
First of all: ingen, bryr sig om er kärlek eller relation. Ni är inte unika.
Second of all: jag har inte pluggat biologi och är således inte heller intresserad av att studera era tungors rörelser två centimeter från mitt ansikte. Och det där ljudet… don't even get me started dude.
– De som sköter hygienen på tågen
Jag har varit med om att en man har klippt sina naglar på tåget. Knipsat naglarna så att de har flugit åt alla håll. Alltså VEM knipsar naglarna offentligt?
Innan nu någon säger "Men de tjejer som sminkar sig på tåget då, det är ju samma sak!". Nej, det är inte samma sak. Är så otroligt trött på alla (mest män) som klagar på tjejer som sminkar sig på tåg och därmed sparar tid.
Så länge mitt smink inte är PÅ dig, eller på din plats, eller så länge mascaran inte är på dina fransar så har du ingen rätt att klaga. Sorry.
– Telefonsnackarna
Snacka i telefon kan vara okej, om man håller det kort och neutralt. Men att börja prata om privata grejer är så otroligt besvärande för alla som sitter i närheten. Det går att se och nästan känna obehaget när medpassagerare börjar vrida och titta sig omkring.
– Alla med mun
Ska man gäspa, nysa eller hosta så sätter man handen för munnen. Basic info, jag vet, men alla verkar ändå inte veta.
Vet man med sig att man reser under rusningstrafik och risken är stor att man kommer stå som packade sillar med övriga passagerare så ser man till att lukta fräscht när man väl andas på någon.
Det var allt! Vi ses på pendeln!
submitted by watthefuck999021 to sweden [link] [comments]


Relation de Pascal - démonstration par le calcul ... Comment gérer les mauvaises relations avec les beaux ... Comment régler un conflit dans une relation amoureuse ... Comment gérer les disputes dans son couple en 3 étapes ... PAR AMOUR #1 - YouTube Comment régler ses relations amoureuses? - YouTube Retarde ton éjaculation grâce à la règle des 90 secondes ...

  1. Relation de Pascal - démonstration par le calcul ...
  2. Comment gérer les mauvaises relations avec les beaux ...
  3. Comment régler un conflit dans une relation amoureuse ...
  4. Comment gérer les disputes dans son couple en 3 étapes ...
  5. PAR AMOUR #1 - YouTube
  6. Comment régler ses relations amoureuses? - YouTube
  7. Retarde ton éjaculation grâce à la règle des 90 secondes ...

Voir aussi 'Les 7 clés pour transformer durablement votre communication de couple' https://goo.gl/YgP8v0 Comment gérer les disputes dans son couple ? Quelles sont les astuces pour ne plus se disputer en couple ? Comme je l'explique dans cet article : https://www... Enjoy the videos and music you love, upload original content, and share it all with friends, family, and the world on YouTube. Après la pénétration, c'est la tempête pour toi dans ton esprit ? Tu ne sais plus comment agir ? Que faire à ce moment là pour retarder ton éjaculation ? App... Like,Share ,& comment Svp .merci Plusieurs jeunes nous demandent comment réagir face aux conflits et aux disputes lorsqu'ils sont en couple. Gab de Tel-jeunes nous donne quelques éléments po... http://www.jaicompris.com/index.php Dans cette vidéo, on démontre par le calcul la relation de Pascal (qui permet de construire le triangle de Pascal) . Pour...